Interview « Fatal Fan » – Sylvia

Qui es-tu ? Nom (ou ton pseudo FB), âge, profession…

Sylvia Grand-Jean, 41 ans, mais je ne les fais pas, et pour faire simple, je vends des médicaments en France et ailleurs. En toute légalité.
 

Comment et quand as-tu connu les Fatals Picards ?

Je suis une grande fan des Wampas, depuis très longtemps, et ils partageaient l’affiche d’un festival à Cordemais (Il y avait Soprano aussi, j’ai moins accroché !), près de chez moi. C’était au printemps 2015 je crois. A la base, j’y suis allée pour les Wampas. Dans la file pour rentrer, j’entends Bernard Lavilliers, tiens ça me dit quelque chose… L’Amour à la Française, ah oui, c’est les rigolos qui ont fait l’Eurovision ! Et j’ai pleuré sur Mon Père était tellement de gauche… Après il y a eu une bagarre (gentille) à base de chantilly pendant le concert des Wampas où les gars se sont incrustés. Je crois que Willy (3F) a des images ! Bref, j’ai immédiatement accroché en me disant qu’il fallait écouter ça de plus près !
 

Qu’est-ce qui t’a fait accrocher ?

J’ai d’abord été sensible aux textes, le style musical est totalement dans la lignée de ce que j’écoute et un peu plus tard, le temps que je comprenne le sens des after, leur disponibilité avec les fans.
 

Quelle est ton anecdote la plus galère autour d’un concert des Fatals Picards?

On en a fait des bornes pour eux ! Mais je me souviens particulièrement d’un festival dans la Creuse, sur le chemin des vacances. Je précise que nos vacances sont itinérantes, on dort dans un vieux van VW. Donc nous voilà partis pour le détour festoche, dans la Creuse, pas de stress, ça va être tranquille. Concert génial. Par contre, on n’a pas dormi de la nuit car les festivaliers super équipés nous ont joué de l’enceinte boum boum toute la nuit ! Mais c’est aussi là qu’on a rencontré des super potes !
 

Quelle est ton anecdote la plus mémorable autour d’un concert des Fatals Picards?

Le Trousse Chemise ! Près de Rennes. Un bar, 100 places à tout casser, c’était génial ! Paul a failli me virer parce que j’ai levé les doigts « comme ça » trop tôt (j’avais reconnu l’intro) et il m’a passé le micro pour le 1er couplet de Bernard Lavilliers !
 

Si tu ne devais retenir qu’une seule chanson, quelle serait-elle ?

Mon Père était tellement de gauche. Mon père est vraiment tellement de gauche, je ne me lasse pas ! Noir(s), Le Combat Ordinaire, Dans un ciel de 1er Mai sont en très bonne position aussi, mais Mon Père restera celle qui m’a fait accrocher.
 

Allez, on sait bien que tu les aimes tous, mais c’est lequel ton préféré, et pourquoi ?

No way. Je les aime tous, pour différentes raisons, mais pas un plus que l’autre.
 

Quelle citation d’un de nos 4 garçons te conviendrait le mieux ?

Yves a dit que je chantais faux. Ah, il ne l’a pas dit, mais l’a pensé. Et c’est vrai, je chante comme une casserole. Et fort.
 

Pour conclure, qu’est-ce qui fait de toi un(e) fatal fan ?

En kilomètres ? Beaucoup. En nombre de concerts ? Beaucoup aussi. En chansons par cœur ? Quasiment toutes, sauf La Ferme, mais Paul non plus. En heures d’attente, avant, après. En « ah une nouvelle date ! C’est où…? Maps. 1h30, ça va ! »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.