Yves Giraud, sa vie de rockeur...

Yves Giraud, 2019, photoshoot espèces menacées
2019 © Geronimo Potier - Tous droits réservés

Son enfance

C’est au fin fond du Nivernais, un mercredi nuageux mais pas glacial (min 6,9°C – max 15,4°C) que naît Yves Giraud, le 02 novembre 1977.

Ainsi élevé dans une ambiance bucolique (cf son couplet de « La magie de Noël »), le jeune Yves mange des renards… Pardon, non, en réalité, le jeune Yves termine ensuite sa scolarité au lycée Jules Renard (là même où Jérôme Minois lui prêtait des K7 vidéos). Il travaille malgré tout ardemment ses cours de guitare. Il est effet stimulé par sa maman qui l’encourage à travailler la guitare classique, mais le prive de guitare électrique s’il n’a pas de bonnes notes à l’école ! C’est dire qu’Yves n’a pas du être souvent privé de guitare électrique compte tenu de son niveau actuel ! On se demande par ailleurs pourquoi il n’est pas astro-physicien aujourd’hui…

Yves enfant avec une guitare
© Yves Giraud - Tous droits réservés

Son adolescence

Il exerce aussi son talent dans les colos, puisque de jeune colon, il devient alors animateur. Il gardera de cette époque le goût de la transmission. Ce qu’il poursuit du reste aujourd’hui en proposant des cours de guitare ou de basse en région parisienne et aussi sur sa chaîne Youtube.

Yves ado, toujours avec une guitare
© Yves Giraud - Tous droits réservés

Le début de carrière d’Yves est très diversifié puisqu’il accompagnera (entre autres) Linda Keel, Xavier Lacouture, Liqueur Brune, et même le rappeur Disiz La Peste en 2005 (ce qui permettra à Yves de jouer aux côtés de Diam’s et de… Yannick Noah !). Il fut aussi bassiste dans le groupe Backstab (Fusion).

Outre le spectacle, Yves a réalisé de nombreuses séquences pour la publicité (Mac Do, Décathlon, SNCF, St Morêt, Air France, Evian, etc) et évidemment le célèbre EP de Paul Léger (qui, ce malotru, ne l’a même pas crédité sur sa pochette !).

Les Fatals Picards

Il rejoint les Fatals Picards en 2007, juste après le départ de Jonathan Benisty, et juste avant la sortie de « Pamplemousse mécanique », alors que, précisons-le, il ne possédait même pas de vraie basse à l’époque !

Il est ainsi le plus jeune (dans les deux sens du terme !) Fatal !

vivou en concert, photo de Namas photos
Saint Pol sur Ternoise 2008 © Nathanaël Masson - Tous droits réservés

Mais Yves ne s’arrête pas aux Fatals Picards, puisque d’une part, il contribue au projet « Pénélope Circus » de Jonathan Bénisty. Et d’autre part, il enregistre avec Paul, « BB rockers » sur l’album « Matures et découvertes » des 3 fromages, qui sort en 2015. La collaboration avec les 3 fromages se poursuit jusqu’à présent. En effet, les deux groupes partagent la scène régulièrement et nous ont régalés avec le titre « A la vie, à l’armor », sur l’album Fatals Picards Country Club.

En concert, Yves, photo Vincent Capraro
Le Bikini 2019 © Vincent Capraro - Tous droits réservés

« T’es infirmière, toi !

Dis-moi, je peux boire combien d’alcool en étant sous antibiotiques ? »

Yves Giraud

Une vie bien remplie...

Bassiste pour les Fatals, Yves devient également guitariste dans les Partouzzzze Bastards, aux côtés d’Arnaud (Nono). Nono est backliner des Fatals Picards (et dernier intermittent du spectacle à l’heure actuelle). Tu sais, celui qui lance les licornes dans le public, qui rapporte des bières à Paul, qui ramasse le pied de micro 50 fois par concert, et bien plus encore qu’on ne voit pas !

Les Partouzzzze bastards en concert
Partouzzzze Bastards 2015 © Nathanaël Masson - Tous droits réservés

Il est à noter qu’Yves a de nombreuses cordes à sa basse puisqu’en plus de faire les arrangements sur les albums, d’enregistrer dans son studio « at home », il s’adonne aussi à la moto, à la boxe et à la pêche avec Jérôme Minois.

Yves Giraud
L'Orange bleue 2016 © Isabelle Porato - Tous droits réservés